Askip, Eric Dupond-Moretti est mis en examen pour « prise illégale d’intérêts »

Une première pour un ministre de la Justice en exercice ! Suite à un long interrogatoire de six heures auprès des juges de la Cour de justice de la République, Eric Dupond-Moretti a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts », ont annoncé ses avocats.

Dans un communiqué, le Premier ministre Jean Castex a « pris acte » la mise en examen de son garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti, lui renouvelant “toute sa confiance” et l’invitant à « poursuivre l’action de réforme et de confortement des moyens accordés au service public de la Justice. »

En janvier dernier, rappelle l’hebdomadaire l’Express, la Cour de justice de la République avait ouvert une information judiciaire pour « prise illégale d’intérêts », à la suite de plaintes déposées contre Eric Dupond-Moretti par trois syndicats de magistrats et l’association de lutte contre la corruption Anticor. Deux faits sont reprochés au ministre de la Justice : avoir ouvert, en septembre 2020, une enquête contre trois magistrats qui avaient fait éplucher les « fadettes », les relevés téléphoniques, d’Eric Dupond-Moretti alors qu’il n’était encore qu’avocat et avoir ouvert une autre enquête sur le magistrat Edouard Levrault, avec lequel il avait eu plusieurs conflits avant d’accéder à la magistrature.

Suite à ces deux affaires, Eric Dupond-Moretti a été convoqué devant les magistrats de la Cour de justice de la République, vendredi 16 juillet. Selon les informations de l’Express,« Ses explications n’ont malheureusement pas suffi à renverser cette décision prise avant l’audition. Nous allons évidemment désormais contester cette mise en examen », a affirmé Me Ingrain à la presse

Comme ses avocats, le ministre de la Justice est persuadé que cette décision de justice n’est rien d’autre qu’un règlement de comptes : au début du mois de juillet, il avait qualifié ces accusations de « manœuvres politiques » visant à obtenir son remplacement. C’est en tout cas la première fois de l’histoire de la Cinquième République qu’un garde des Sceaux encore en exercice est mis en examen.

Sitôt l’annonce de sa mise en examen, il a reçu le soutien de son Premier ministre, Jean Castex : « Le Premier ministre lui renouvelle toute sa confiance et lui demande de poursuivre l’action de réforme et de confortement des moyens accordés au service public de la Justice », écrit Matignon dans un communiqué.


ASKIP INFO
Actualités en direct, Économie, Finance, Politique au maroc

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.