La force d’Omicron est aussi sa faiblesse, nous apprend une étude

Un groupe de chercheurs britanniques a découvert que le variant Omicron pourrait être moins efficace que d’autres variants du COVID-19 lorsqu’il s’agit d’attaquer les poumons.

Comme l’ont rapporté les médias britanniques BA, l’étude du Cambridge Institute of Therapeutic Immunology and Infectious Diseases a révélé que les mutations de la protéine spike (péplomère), qui lui permettent d’éviter les anticorps, limitent également sa propagation dans les poumons et pourraient ne pas provoquer de symptômes graves.

“Ces observations suggèrent qu’Omicron a la capacité d’échapper au système immunitaire au détriment de propriétés liées à la multiplication et à la pathogénicité,” conclut l’étude.

Une autre étude menée par un groupe de chercheurs de Hong Kong a révélé que le variant Omicron se réplique plus rapidement dans les voies respiratoires, mais plus lentement dans les poumons, ce qui pourrait expliquer pourquoi ce variant se propage si rapidement chez l’homme par rapport aux autres variants et ne provoque pas de symptômes graves.


ASKIP INFO
Actualités en direct, Économie, Finance, Politique au maroc

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.