Moncef Marzouki, l’ex-président tunisien, condamné par contumace à 4 ans de prison

Un tribunal tunisien a condamné par contumace l’ancien président Moncef Marzouki à quatre ans de prison pour “mise en danger” de la sécurité de l’Etat, ont rapporté les médias officiels.

L’homme de 76 ans, qui vit actuellement en France, avait auparavant critiqué le président Kais Saied et appelé à manifester.

Les médias locaux ont rapporté mercredi qu’il avait été reconnu coupable d’avoir “sapé la sécurité de l’État depuis l’étranger” et d’avoir causé des “dommages diplomatiques.”

Dans une déclaration à Al Jazeera, Marzouki a rejeté le jugement comme étant illégal et a affirmé qu’il avait été “émis par un président illégitime qui a renversé la Constitution.”

Il a déclaré que les accusations portées contre lui constituaient une “déformation des faits” et concernaient plutôt Saied, qui s’était emparé de vastes pouvoirs exécutifs en juillet.

Marzouki a également déclaré qu’il était “destiné à lutter jusqu’à la fin de sa vie contre une dictature” dans son pays, mais a laissé entendre qu’il n’engagerait pas d’avocat pour contester le jugement.

Son avocate, Lamia Khemiri, a déclaré à l’AFP que Marzouki n’avait pas reçu de convocation au tribunal et ne savait pas non plus pourquoi il avait été condamné.


ASKIP INFO
Actualités en direct, Économie, Finance, Politique au maroc

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.